Des élections générales se tiennent au Mexique, ce dimanche 1er juillet 2018. Les scrutins doivent désigner le président, mais également plus de 18 000 élus à divers échelons. La campagne a été marquée par une violence sans précédent. Des dizaines d'hommes ou de femmes politiques ont été tués durant cette période. Le président sortant, Enrique Pena Nieto ne peut se représenter, la porte s’ouvre donc en grand sur une nouvelle ère. Le monde politique et celui du narco-trafic ont tissé tant de liens que la lutte contre la corruption est devenue cruciale. Un candidat affirme clairement sa volonté de moraliser la vie politique : Andres Manuel Lopez Obrador. Il est le favori. Dans ce pays, grand comme 4 fois la France, qui compte 125 millions d’habitants, la tâche semble pourtant particulièrement difficile.
Pour en débattre :

  • Alain Musset, professeur à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, géographe, spécialiste du Mexique et l’Amérique latine
  • Maria Martinez, doctorante à Sciences Po, travaille sur la criminalité et les violences au Mexique. Rejoignez Le débat du jour sur Facebook ou sur Twitter.